Clandestin blues

 

Johnny est Ghanéen. Il y a six ans, la police de son pays l'a arrêté pour une sombre histoire d'armes découvertes dans son véhicule. Le pouvoir de l'époque ne lui a pas laissé le choix : ou il était fusillé, ou il acceptait une longue peine d'emprisonnement. Mais Johnny est un homme libre, alors il a décidé de s'enfuir. Loin, très loin, là où devait encore exister une terre d'accueil : la Belgique. A son arrivée à Bruxelles, comme beaucoup d'autres Africains avant lui, Johnny découvre la triste réalité des sans-papiers. Dans son "nouveau pays", il n'est déjà plus un homme. On le reconnaît comme un exilé, un demandeur d'asile, un hôte éventuel du CPAS. Mais jamais en tant que Johnny. Johnny le bon est devenu un clandestin. Désormais, il doit raser les murs et baisser la tête pour ne pas être reconnu. Jusqu'à ne plus être lui-même. Malgré cela, il ne perd pas courage. Grâce à des petits boulots, des amis et surtout son groupe de musique, il reprend espoir. Il pense qu'un jour il obtiendra, lui aussi, sa carte de séjour. Aujourd'hui Johnny est de retour à Accra. Un soir, des hommes en uniforme l'ont pris dans une rue de Bruxelles et l'ont jeté dehors. Destination : le Ghana. Un pays qu'il ne reconnaît plus! Il se souvient de cet étrange voyage dans l’avion qui le ramène auprès des siens, les mains attachées à deux policiers. Que reste-t-il aujourd'hui chez Johnny, si ce n'est de la rage et de la honte ? Clandestin blues, en plus d'une histoire tristement "banale", est une fable juste et respectueuse, dédiée à tous les sans-papiers, à tous ceux qui, un jour, ont décidé d'emprunter les chemins de la liberté. Le film date de 1997. Un an avant que la mort de Semira n'ouvre brutalement les yeux de la Belgique assoupie.

 

 

Clandestin blues

Click on the image to watch the trailer

 

 

Image : Pierre De Lattre Montage : Matyas Veress Interprétation : Dieudonné Kabongo Production : Laura B. Productions - Open End - CBA - RTBF avec l’aide de la Communauté française de Belgique